Pour une Rachianesthésie, un anesthésique local est injecté dans le dos du patient, ou plus exactement, dans le liquide céphalo-rachidien. Ainsi elle permet une anesthésie de la partie basse du corps, des membres inférieures et du ventre, en fonction de la quantité injectée. Il s’agit en général d’une procédure très efficace et sûre. La partie supérieure du corps n’est pas endormie, vous pourrez parler et entendre pendant l’opération.

Une Rachianesthésie peut être mise en place pour des interventions comme une cure d’hernie inguinale, les opérations de genou (Arthroscopie, prothèse totale de genou (PTG)), des Résection-Trans-Urétrale (RTU) (de la prostate ou de la vessie) ainsi que pour des interventions plus grandes au pied ou à la jambe.

En général les patients sous Rachianesthésie sont complètement soulagés et ne ressentent pas de douleurs.

Certains patients se sont sentis dérangés par les bruits des instruments utilisés par le chirurgien pendant l’intervention.

Une Rachianesthésie est particulièrement avantageuse pour les RTU de la prostate, puisque les patients peuvent percevoir plus tôt les effets secondaires (comme les symptômes neurologiques) à cause d’un TURP syndrome. Il s’agit du passage du liquide d’irrigation à base de glycocolle 1,5 % dans la circulation systémique, fréquence de 2 à 10%. Les troubles neurologiques sont perçus plus tôt et peuvent être immédiatement pris en charge par le médecin anesthésiste.

Une Rachianesthésie est particulièrement avantageuse pour les patients souffrant de maladies lourdes des bronches ou des poumons. Pour ce groupe de patients, le risque de complications postopératoires, comme une pneumonie, baisse.

Un effet secondaire de la Rachianesthésie était des maux de tête. Cet effet secondaire est devenu rare, puisque à présent des aiguilles minces et peu traumatiques sont utilisées. L’effet secondaire le plus fréquent est une hypotension artérielle transitoire, qui est facilement géré. Parfois, on peut avoir des paresthésies après une Rachianesthésie. La paraplégie n’est plus considérée comme une complication potentielle de la rachianesthésie sous réserve que le bilan d’hémostase soit normal (des anticoagulants sont arrêtés et il n’y a pas de troubles de la coagulation).

Dernière mise à jour le 07/08/2015


illustration : « Liquor bei Spinalanaesthesie » par DocP — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 2.0 de via Wikimedia Commons